menu_left

    vue générale
    Mot du comité
l'histoire du village

    cartes et directions
    ex-commune de Chandolin
    coordonnées,météo
une visite en mode 360é

    Fang d'en-haut
    la chapelle
    le moulin

    Fang de milieu
    le four

    Fang d'en-bas
    l'école

    les ruines du vieux Fang
    les Sampelets
    les Voualans,Crouja
    Voualans,site officiel
    la Meya
    le Bisse des Sarrasins
    l'Ecole de Pinsec(logement)
    les Pontis
la société du village

    le livre d'or
    médias
    PHOTOS
    news->05/2017
    news depuis 2017
    newsletters
    les projets
    ACCES MEMBRES
les manifestations
    Fête patronale
    FANGEpicuria,site officiel
    KM Chando,site officiel
    activités diverses



 Les KM de Chando, cliquer ici

 Anniviers liberté, cliquer ici

 Loisirs.ch, cliquer ici
 
Situation >>> Description >>> Glossaire
SITUATION
<< voir section vue générale ou cliquer ici >>
FANG D'EN-HAUT
Dès le début du XVIème siècle, la route officielle du val d'Anniviers passe par Fang d'en-haut (voir section historique). A partir de là, le haut du village prend logiquement de l'importance. Plusieurs bâtisses sont progressivement construites et des familles s'installent. Fang d'en-haut, c'est le rustique dans sa partie haute et la brousse dans sa partie basse. Mise à part la chapelle (voir section la chapelle), il faut signaler :
cliquer pour agrandir photo 18 : la maison blanche en arrivant à Fang d'en-haut
1/ la maison blanche, à gauche en arrivant, aurait abrité la première chapelle de Fang jusque dans les années 1860. Un bénitier est du reste toujours visible dans la cave de celle-là. La légende raconte que la chapelle aurait été blasphémée : un bouc égorgé et pendu vers l'autel par des voyageurs auraient choqué les passants alors très croyants ; ceux-ci se seraient senti poursuivis par le diable jusqu'au couloir du Loton (voir carte-Fang sud). Démolie à la suite de cet incident, reconstruite en 1869 et habitée par plusieurs familles, elle a été acquise dans les années 1990 par la famille Gérard Favre puis complétement rénovée en 2008 pour servir de demeure primaire.
2/ En descendant l'artère principale, deux bâtisses particulières se font face et décrivent à merveille l'habitat de moyenne montagne (1) : sur la gauche, classée monument historique, la première a deux étages distincts par le bois et par la datation (1782 pour le bas et 1838 pour le haut). Dans ses sous-bassements, au niveau de la terre, il y a la cave, l'élément typiquement anniviard avec les tonneaux de vin du glacier.
photo 20 : la partie sud de la bâtisse avant rénovation cliquer pour agrandir
Sur la droite, la "maison de la transhumance" se compose de deux parties : 4 étages pour la partie sud (1747) et 3 étages pour la partie nord-ouest (1805), rénovée dans les années 1970.
cliquer pour agrandir photo 22 : la bâtisse après rénovation
3/ Plus haut, la maison des Locatelli possède dans ses environs un mûrier (2) : celui-ci sert à la nourriture des vers à soie et il est probable que Fang possède à l'époque plusieurs de ces arbres : le fait est unique dans le val d'Anniviers. Originaire d'Asie, le mûrier arrive en Anniviers avec les travailleurs du pourtour méditerranéen. L'ouverture du canal de Suez (3) stoppe la fabrication indigène de soie et encourage l'importation. Il y a encore 5 mûriers actuellement et des repousses sont visibles sur les troncs de plus de 150 ans.
photo 24 : une branche de mûrier cliquer pour agrandir
4/ En continuant vers le moulin, il y a le bassin qui est construit en 1925, date à laquelle arrive l'eau courante au village. Plus bas sur un petit mont rocailleux s'élève le bâtiment le plus ancien et pittoresque de Fang : elle date de 1718 (voir section exposition) et est rénovée à la fin du XXème siècle.
cliquer pour agrandir photo 26 : "Au Cretillon", passage obligé sur le chemin du moulin
A l'origine, il y a, à l'étage, une cuisine en terre battue et une chambrette puis en-dessous se trouve l'écurie.
photo 28 : 1ère habitation de Fang, sur l'ancien chemin de la vallée cliquer pour agrandir
A l'est, au Chachelat (voir carte Fang sud), au bord de la route actuelle du val d'Anniviers, habitait le menuisier et charpentier du village. C'est ici que se trouvait le téléphone officiel de Fang : en effet, à l'époque, peu de personnes possèdent un téléphone personnel et il n'existe pas de cabine téléphonique au village.
La Crête, au sud, domine le village. De part sa position de mirador, elle est dans l'ancien temps une propriété féodale. Le microclimat qui y règne (vent et températures moyennes) rend les étés suffoquants plus supportables. Aujourd'hui, elle est une propriété privée.
Au-dessus de la Crête, il y a un édifice mi-grange, mi-raccard : il s'agit de remises. Jusqu'en 1956 (voir section historique), celles-ci permettent aux gens de St Luc d'y déposer les chars avant de prendre le chemin muletier vers la destination finale. D'autres remises, en moins bon état, se situaient au torrent (pour les Chandolinards, via le Mont) et aux Barmes (pour Soussillon) : l'amélioration et la sécurisation de la route de la vallée les a fait disparaétre, voir section cartes et directions.
cliquer pour agrandir photo 47 : les remises des Barmes (direction Soussillon)
GLOSSAIRE
(1) La transhumance est un déplacement saisonnier des troupeaux entre deux zones de pâturages complémentaires, parfois très éloignés l'un de l'autre. Elle doit être distinguée de l'estivage ou déplacement d'été vers les prairies d'altitude, en ce sens qu'elle associe deux types de pâturages et non pas seulement deux étages de montagnes. La transhumance se distingue également du nomadisme par le fait que seuls les bergers accompagnent les troupeaux.
(2) Le mûrier noir (Morus nigra ) est un arbre originaire d'Asie Mineure et de Perse. Semblable au mûrier blanc (Morus alba ), mais plus robuste, d'une hauteur de 25 m, il a des branches plus grosses et plus rêches et une cime plus touffue. Ses feuilles à pétiole plus court et peu cannelé sont plus grandes, plus rigides, profondément découpées à la base et pointues au sommet : la face supérieure est faiblement velue et un peu rugueuse, la face inférieure est cotonneuse. Les fruits, qui sont groupés, sont noir violacé et ont une saveur acidulée jusqu'à la maturité. également originaire du bassin oriental de la Méditerranée, il est cultivé depuis longtemps dans le sud de l'Europe, mais toujours moins que le mûrier blanc, car la rugosité de ses feuilles en fait un succédané de qualité inférieure pour l'alimentation du ver à soie. Il a cependant une plus grande importance pour la production de fruits utilisés en confitures et sirops. Sa culture exige les mêmes conditions que celle du mûrier blanc, mais il résiste mieux au froid et se rencontre jusqu'à 1 000 m d'altitude.
(3) Construit par Ferdinand de Lesseps, inauguré en 1869, le canal de Suez est une des grandes voies maritimes du monde : il relie la Méditerranée à la mer Rouge à travers les lacs salés Timsah et Amer. En permettant aux navires d'éviter la route du Cap, il raccourcit de 17 à 67 % les distances entre l'Asie et l'Europe. Rectiligne, long de 193 km, large de 300 à 350 m, il fait l'objet de travaux d'agrandissement pour permettre l'accès des navires de 250'000 tonnes.
copyright
Tous droits réservés © fang.ch, 2002-2017
Sommet de la page
Sommet de la page
Sommet de la page
Sommet de la page
Sommet de la page