menu_left

    vue générale
    Mot du comité
l'histoire du village

    cartes et directions
    ex-commune de Chandolin
    coordonnées,météo
une visite en mode 360é

    Fang d'en-haut
    la chapelle
    le moulin

    Fang de milieu
    le four

    Fang d'en-bas
    l'école

    les ruines du vieux Fang
    les Sampelets
    les Voualans,Crouja
    Voualans,site officiel
    la Meya
    le Bisse des Sarrasins
    l'Ecole de Pinsec(logement)
    les Pontis
la société du village

    le livre d'or
    médias
    PHOTOS
    news
    newsletters
    les projets
    ACCES MEMBRES
les manifestations
    Fête patronale
    FANGEpicuria,site officiel
    KM Chando,site officiel
    activités diverses



 Les KM de Chando, cliquer ici

 Anniviers liberté, cliquer ici

 Loisirs.ch, cliquer ici
 
Le marguillier de Fang
LE MARGUILLER DE FANG
Dans le temps, aprés la désalpe, partout, le bouc du village avait libre parcours de jour et de nuit, jusqu'é la saint Antoine le 17 janvier. Ceci dans le seul but de rencontrer pendant ce temps les belles bien disposées. Or, un beau matin d'automne, avant l'aube, deux passants d'un village voisin rencontrérent le bouc d'aspect peu rassurant é l'entrée de Fang d'en-haut. Ils l'appelérent doucement tout en lui tendant un bout de pain de seigle, puis le saisirent gentiment par une corne pour l'emmener dans la chapelle voisine. La corde de la cloche qui pendait é proximité, était suffisamment longue. Ils attachérent l'animal par le cou, fermérent la porte de la chapelle, disparurent au galop en traversant le village. La cloche tintait, tintait é espaces irréguliers. Les habitants, réveillés en sursaut par cette alarme inopportune et matinale, s'empressérent d'accourir, en premier lieu pour délivrer la béte, ensuite chercher é découvrir le ou les coupables. Un fort soupéon pesait sur deux hommes vus aux environs dans la nuit. L'on décida de ne pas entreprendre de recherches et d'attendre l'évolution de la situation. Les deux hommes suspects, aprés avoir franchi le pont de Tarampon, ressentirent tout é coup une lourdeur douloureuse dans les jambes. Ce bouc que nous avons fait sonner é la chapelle est peut-étre la propriété de la Tchiboula, la vieille sorciére du village, qui nous a jeté un sort, se dirent les deux farceurs.
Ils marchérent ainsi péniblement, tout au long du parcours jusqu'é Pinsec. Par punition, semble-t-il, l'un des garnements perdit l'usage de la parole pendant une longue période. L'autre, dit le Fareou, qui avait attaché le bouc é la corde, devint totalement sourd.
photo 174 : Tentation de St Antoine, Huys, 1547, Musée du Louvre
retour é l'historique
copyright
Tous droits réservés © fang.ch, 2002-2017
Sommet de la page